Langue active :FR

Qualité de l'air à 4 sur 10

  • Imprimer

Depuis le XIXe siècle

C'est seulement au début du XIXe siècle que Crépy et Peltre seront réunis par un chemin praticable. Une nouvelle église est alors édifiée grâce aux dons de
M. Pyrot (L'ancienne église, d'origine médiévale ainsi que son cimetière périphérique a été démolie en 1830. Sur les plans cadastraux napoléoniens, elle était située à la hauteur du 25 rue de Gargan). En 1850, une gare est construite sur la ligne Metz-Strasbourg, juste à côté.

L'année 1870 est « l'année terrible » pour la commune Peltre-Crépy : elle est la victime des combats sporadiques qui se déroulent à l'automne, lors du blocus de Metz par les Prussiens : représailles et destruction de l'église, de Crépy (château, Cour haute, Cour basse) et de nombreuses maisons... L'église actuelle est celle qui a été rebâtie dès 1873 en style néo-gothique. Le château qui fut rasé lors du conflit est également reconstruit. La structure du village-rue avec ses usoirs est heureusement conservée. C'est aujourd'hui la physionomie du centre village.

C'est un décret impérial allemand du 02 septembre 1915 (seulement) qui impose le nom de PELTER à notre commune.

Lors du second conflit mondial les dégâts de l'occupation et de la libération (le couvent est détruit le 8 novembre 1944) ne modifieront pas fondamentalement le paysage du village.

Durant la Seconde Guerre Mondiale, la ferme dite "de Ravinel", située au 27 rue de Gargan a servie d'annexe au camp de concentration de Natzweiler-Struthof. Plus d'une soixantaine de camps annexes du KL-Natzweiler ont vu le jour. Seuls quelques-uns sont attestés sur le territoire mosellan. L'armée allemenade entre dans Peltre  le 14 juin 1940. Le couvent des soeurs de la Providence de Saint André est dans un premier temps réquisitionné par la police allemande puis transformé en Reservelazaret début 1942. Le camp annexe est mis en place le 31 mars 1943. Une cinquantaine de déportés y séjournera, voire une soixantaine durant les périodes d'affluence. Ce "Aussekommando" est placé sous l'autorité de l'Obersharführer (sergent-chef) René ROMAN. Les déportés seront affectés au service de la SS-Remonte-Schule (école de cavalerie de la SS), les déportés s'occupent des chevaux, des écuries et du matériel lié à l'activité équestre. Ces derniers sont également employés dans divers travaux agricoles et de terrassement à proximité du camp. Face à l'arrivée des Alliés, le camp annexe de Peltre cesse son activité le 31 août 1944. Les déportés ne sont pas libérés mais seront transférés vers le camp principal du Struthof au terme d'une marche forcée de trois jours. Une plaque commémorative fixée au mur de clôture du portail d'entrée de la ferme de Ravinel rappelle l'histoire du lieu.

Dernière mise à jour le 17.06.2019

Cette page a-t-elle répondu à vos attentes ?